Coucher de soleil avec bébé sur la plage de Mae Nam à Ko Samui en Thaïlande

Voyager en Thaïlande avec bébé – nourriture, couches, etc

Partir en Thaïlande avec Bébé, c’est partir à l’aventure ! Exit les petits-pots tout prêts et le liniment pour le change, bonjour imagination et système D.  Je suis arrivée à Bangkok avec ma Bébé de 11 mois. J’étais sans doute un peu naïve, peut-être même mal préparée. En tout cas, la désillusion fut de taille. Pour vous éviter cela, futurs parents voyageurs, voici tout ce qu’il faut savoir pour voyager avec un bébé en Thaïlande depuis la nourriture jusqu’aux moustiques en passant par le change, le climat et le transport.


Nourriture et Bébé en Thaïlande 

 

Avant le départ, Bébé se nourrissait de lait, de yaourts, de biscuits et de petits-pots (et oui, le Babycook n’a pas survécu à la préparation de notre voyage !). Elle commençait tout juste à s’intéresser aux aliments solides de façon encore très anecdotique.

Avec quoi je suis partie en Thaïlande ? En maman organisée, je suis partie avec plus de lait, petits-pots, yaourts et autres biscuits que de kilos de vêtements pour nous trois ! Mais naturellement notre stock s’est vite épuisé. Notre premier réflexe a été de vouloir calquer en Thaïlande le mode d’alimentation que Bébé avait à la maison. Nous nous sommes donc mis en quête de lait en poudre et de petits pots en tout genre. Quelle erreur !

Où trouve-t-on de quoi nourrir bébé en Thaïlande ? Tout dépend du magasin et de la ville dans laquelle vous vous trouvez ! Sachez d’abord que l’on trouve différentes supérettes dans le centre de la plupart des petites comme des grandes villes. Elles s’appellent Seven Eleven, Tops, Family Mart ou encore Tesco Express. Plus excentré, nous avons toujours trouvé un centre commercial avec de plus grands supermarchés et donc une offre plus occidentalisée (BMK à Bangkok, Central Plaza Airport à Chiang Mai ou Big C à Ko Samui). Oubliez le Seven Eleven si vous avez comme moi un petit bébé qui ne mange pas encore comme nous. Et pour cause, le Seven Eleven ne vend ni fruits (sauf quelques pommes hors de prix) ni légumes ni lait ni petits pots. Par contre, vous y trouverez facilement des jus et laits en brique. Je vous conseille de privilégier les magasins Tops et Tesco dans lesquels l’offre est un peu plus large.

Côté petits-pots, la marque Heinz propose 1 ou 2 plats salés et de la pomme coté sucré. Les gourdes « Peachy » offrent un échantillon un peu plus varié de plats salés (avec ou sans poulet et poisson) et sucrés. Seul bémol, la quantité : les gourdes font 125g, appelons cela une mise en bouche pour ma Bébé glouton !

Petits pots pour bébé des marques Peachy et Buddy Fruits en Thaïlande

Côté lait en poudre, la gamme est conséquente, allant des nombreuses marques locales au Nan, équivalent asiatique de Nidal de Nestlé. Nous choisissons un lait Nestlé appelé « Bear Brand » en nous disant qu’il sera sûrement plus facile à retrouver à travers le pays que le Nan (qui semble ici être la Rolls des laits). La suite de notre périple nous donnera raison.

Lait en poudre pour bébé de la marque Bear Brand Nestlé en Thaïlande

En ce qui concerne l’eau, nous avons opté pour de l’eau minérale tout le long du voyage. On trouve de l’eau purifiée à tous les coins de rues. Attention, ce n’est pas pour autant de l’eau minérale, plus difficile à trouver (Nestlé par exemple). Sachez que des bouteilles d’Évian sont également trouvables, plus difficilement et très cher.
Et finalement…

Les petits-pots sont des produits chers et peu représentés car peu utilisés dans le pays. Conscients de cela, nous n’hésitons pas à laisser Bébé piocher fruits et légumes dans nos assiettes. Et en effet, il est très facile de trouver ou de demander du riz et des légumes en tout genre dans un restaurant asiatique. Ma Bébé se sera régalée plusieurs fois de Kao Pat Paa (riz frit aux légumes) et de Kao Pat Gai (riz frit aux poulets). Les marchés regorgent de fruits !

 


Change et bébé en Thaïlande

 

En Thaïlande aussi les bébés portent des couches ! Ce sont davantage des « pants » (couches culottes) à enfiler que des couches classiques que l’on trouve en France. Mais, c’est tout aussi efficace. Pour le coup, vous en trouverez partout, même au Seven Eleven, et de toutes les tailles et toutes les quantités (du petit paquet de 5 couches au plus gros de 50). Certaines marques proposent des modèles filles et garçons. Aucune différence, si ce n’est le packaging ! J’ai utilisé des couches de la marque Mamy Poko pendant tout le voyage. Aucune réaction allergique de Bébé ni aucune fuite ! Je recommande.

Lingettes et couches Mamy Poko en Thaïlande

Pour les lingettes, je n’en utilisais pas en France, étant plutôt adepte du liniment ou de l’eau nettoyante. Mais, je n’ai pas retrouvé ces produits en Thaïlande. Je me suis donc rabattue sur les lingettes. Comme les couches, on les trouve très facilement : les petits paquets à glisser dans un sac ou des plus gros. Là aussi, la marque Mamy Poko m’a pleinement satisfaite (gamme Soft Skin). À noter, les thaï utilisent beaucoup de talc, qui s’achète partout.

 


Chaleur et bébé en Thaïlande

 

La Thaïlande est un pays chaud où les températures décollent. Bangkok est connue pour être l’une des capitales les plus chaudes du monde. Donc, la vigilance est de mise ! Pour chaque sortie, Bébé était équipée de sa casquette anti UV de chez Tigex, de ses lunettes de soleil de super star et de crème solaire spéciale enfants. Nous avions également un éventail et un biberon d’eau toujours prêt à dégainer. Privilégiez les chambres avec climatisation ou au moins ventilateur. C’est essentiel et pas excessivement plus cher. Petite astuce pour vos nuits : plus la clim est récente plus elle est silencieuse !!! Nous avons également essayé d’offrir à Bébé des occasions régulières de se rafraîchir dans la journée. Soit sous la douche, soit à la piscine (si l’hôtel en dispose), soit via une petite piscine gonflable que l’on s’est procurée en cours de route. Elle nous sert aussi de baignoire, pratique !

Balade en porte-bébé près du marché Talat Warorot à Chiang Mai en Thaïlande


Transport et bébé en Thaïlande

 

Les distances entre deux villes étapes peuvent parfois être très conséquentes  (jusqu’à 8-9 heures).  Alors comment se déplacer avec un bébé en Thaïlande ? Je ne me suis pas sentie d’imposer de si longues étapes en bus à ma Bébé si tôt dans le voyage. Nous avons donc fait nos principales étapes en avion. Si vous avez le temps et l’envie, le réseau de bus vous permettra de faire l’essentiel de vos trajets. Sachez tout de même qu’ici il n’est question ni de siège-bébé ni de ceinture de sécurité. Pour les petits trajets dans une ville par exemple, les taxis se réservent à votre hôtel. Les tuk-tuk sont de bons moyens de sillonner les rues à moindre coût. J’ai mis longtemps à me lancer, soucieuse des pots d’échappement, de la poussière et de la sécurité. Contre toute attente, Bébé adore. Donc à petite dose, pourquoi pas ! J’évite au maximum d’avoir recours au tuk-tuk dans les grandes villes où la pollution devient vite oppressante pour un bébé. Les touristes sillonnent également beaucoup la Thaïlande en scooter. Mais, pour le coup, je n’ai pas osé : nous n’en avons jamais fait. Et cela ne nous a pas semblé la meilleure de idées que de commencer en Thaïlande, avec en plus une circulation inversée !

 


Moustiques et bébé en Thaïlande

 

Les moustiques pouvant être vecteurs de maladies telles que la dengue, zika ou le paludisme, je prends le sujet très au sérieux pour ma Bébé. Comme à chaque fois, je me suis fiée à l’Institut Pasteur. Et pour la Thaïlande, je suis partie sereine en ce qui concerne le paludisme. En effet, l’Institut fait mention de transmission localisée dans les zones frontalières avec le Myanmar, le Cambodge et le Laos, mais mentionne clairement une absence de risque dans les villes comme Bangkok et Chiang Mai ou a Ko Samui et dans les principales stations touristiques de Phuket. Néanmoins, je suis restée vigilante quant aux autres types de maladies et ai privilégié des protections de base : vêtements amples et longs, spray et lit moustiquaire imprégné. Ayant voyagé en saison sèche, je dois admettre que nous n’avons croisé que très très peu de moustiques.

 


Voici tous les éléments que j’aurais aimé lire avant de partir en Thaïlande avec mon bébé. J’espère que vous vous sentez un peu plus équipés et rassurés ou au contraire flippés et désespérés ! Mais n’oubliez pas, voyager c’est grandir.

5 comments

  1. coucou ! actuellement à krabi nous cherchons un moyen de baigner proprement bébé!.
    nous avions pense à prendre 1 paquet de couches de bains… évidement vite épuisé.
    En avez vous trouvé ?

    1. Bonjour Morgane ! Je n’avais pas trouvé de couches spéciales piscine. Nous c’était t-shirt anti UV et couche normale jusqu’à ce qu’elle soit trop trempée j’ai pu ensuite me faire apporter par des amis en visite une couche lavable qui m’a servi de maillot de bain après !

  2. Bonjour,
    Ah ces moustiques ! Quand on va dans ce genre de pays, je me souviens en Afrique, c’est tout un tas de rituels à instaurer pour ne pas se faire piquer… surtout en effet pendant les saisons humides. Bon courage pour la suite. Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *